Mme de Sévigné, Marie de Rabutin-Chantal, demeure célèbre pour sa correspondance, en particulier celle qu’elle entretint avec sa fille Françoise, comtesse de Grignan. Je n’insiste pas : tout le monde le sait.
Il se trouve à Bourg-Rameau une grande maison, dite Maison Rabutin. Tout le monde le sait aussi ; enfin, à Saint-André. Maison construite par Antoinette-Louise de Rabutin (ou de Bussy-Rabutin ?). Je ne sais qu’une chose d’elle : elle se trouva veuve, en 1684, de Philippe Charles de Champier, Comte de Chigy et seigneur de Saint-André-le-Désert, entre autres qualités. Elle avait trois très jeunes enfants.
Il est inscrit sur cette demeure : « Je porterai dans cette solitude, les amertumes de mon cœur. », une citation attribuée à Mme de Sévigné. De là, à penser que la marquise a séjourné dans cette bâtisse, il n’y a qu’un pas. D’ailleurs, Roger de Bussy-Rabutin, le cousin de Marie, lieutenant-général de Louis XIV, possède des châteaux en Bourgogne. En disgrâce après 1666, cousin Roger passe les étés dans sa forteresse de Chazeu. Il y reçoit en 1677 cousine Marie, en route pour prendre les eaux à Vichy. En vrai, Roger et Marie sont cousins au septième degré ! Moi, passé le deuxième degré, je suis perdu.
Chazeu, n’est pas si loin. Alors pourquoi ne pas franchir le pas et soutenir que Mme de Sévigné a bel et bien séjourné à Bourg-Rameau ? L’ennui, c’est que la Maison Rabutin fut construite en 1690. C’est raté, pour l’année 1677. Soit. Mais au fond, pourquoi n’aurait-elle pas fait étape chez nous, plus tard, sur la route de Grignan ?
La Maison Rabutin n’est sans doute pas achevée, lorsque la marquise se rend à Grignan en octobre 1690. Le troisième voyage, dont elle ne revint pas, se déroule en 1694. Hélas, lors de ces deux trajets, Mme de Sévigné passe par Moulins, Vichy et Lyon. Et franchement, pourquoi aurait-elle fait un détour interminable jusqu’à Bourg-Rameau ?
Non, il faut s’y résoudre : la marquise ne mit point les pieds dans notre beau pays. Tant pis pour elle. Mais c’est sûr, en 1677, elle n’est pas passée loin !

JD, 2019

image_pdf